Développement

La méthode de réalisation

Plusieurs solutions sont possibles :


  Faire soi-même son site avec une solution open source de publication de contenu

 Le faire soi-même

Cette solution permet à un cout très faible de créer un site et de mettre à jour son contenu soi-même. Elle est réservée à des développeurs ou des personnes très averties, elle est déconseillée au premier venu. En effet cela nécessite un apprentissage et un investissement en temps important. Par ailleurs les développeurs ne sont pas graphistes et assez souvent cela ce voit. Le créateur doit avant tout consacrer son temps et son énergie à son propre métier, mais aussi ne pas négliger l'image qu'il véhicule à l'extérieur, notamment par le biais de son site internet.
Certains seront tentés de demander à un étudiant de les aider à la mise en place de leur site. Il y a de grands risques à procéder de cette façon car le jour ou le site ne fonctionne pas convenablement, il est possible que l'étudiant passe ses examens ou soit parti étudier à l'étranger...

 Des solutions open source

Il existe des outils gratuits de publication de contenu (CMS). Elles permettent de bénéficier de nombreux ajouts et d'une mise à jour régulière. Il s'agit par exemple de :

 Joomla www.joomla.fr,
 Wordpress www.wordpress-fr.net
 Spip www.spip.net (utilisé notamment par des associations et des établissements d'enseignement),

Pour les boutiques on signalera :
 Prestashop www.prestashop.com
 Magento www.magento.com
 Thélia www.thelia.fr

Il existe souvent des version de démonstration en ligne, il ne faut pas hésiter à voir comment cela fonctionne. La partie back office ne changera pas, par contre vous aurez une grande liberté pour adapter à vos couleurs et votre style la partie front office (en ayant recours à un graphiste).
Il suffira alors d'acheter son nom de domaine et de payer un hébergement ; ces produits contiennent une partie back office qui permet de mettre à jour son site soi-même.
Un hébergeur comme Ovh par exemple, permet d'installer simplement ce type de produit. Le recours à un prestataire permettra d'adapter la solution open source à ses besoins spécifiques.
Attention : les versions de ces produits évoluent, il faut régulièrement mettre à jour son CMS pour pouvoir bénéficier des toutes dernières nouveautés.

A lire un article du Journal du net de septembre 2013 sur la place des CMS open source dans les entreprises.
Un autre article du Journal du net de juin 2013 sur un comparatif de  12 boutiques (pas toutes open source).
Là encore il existe des sociétés spécialisées dans l'intégration de ce type de produits.


  Faire son site soi-même avec des solutions logicielles intégrées payantes

Cette solution donne la possibilité à un débutant de réaliser son site simplement, puis d'en effectuer seul les mises à jour. Ce type de service est payé à l'année. Ce coût comprend l'hébergement, la maintenance et la licence du logiciel qui permet de mettre à jour le site. C'est ce que l'on appelle du "mode ASP" : une application se trouve sur des serveurs mutualisés.
Lorsque l'on sort de ce type de solution, on ne récupère pas son site, on perd tout l'aspect graphique et il faut se renseigner sur la façon dont on récupère ses données (images, index, tarifs etc.), ce qui est parfois impossible. Cela n'est pas très  grave si vous avez peu de références, par contre si vous vendez des milliers d'articles cela posera un réel problème.

Il existe de très nombreuses solutions dont les tarifs sont très variables. Il faut, pour faire son choix, comparer les éléments suivants :

  Ancienneté de l'éditeur.

  Nombre de clients : ne pas hésiter à contacter des sites clients pour leur demander leur avis.

  Implantation géographique : l'éditeur est-il implanté en France, facilement joignable ? Met-il à votre disposition un numéro d'appel surtaxé ? En faire le test.

  Coût : rechercher les coûts cachés (installation, mise à jour, dépassement d'espace de stockage, reversement sur une partie des ventes, abonnements aux moyens de paiements…).

  Hébergement : quel est l'espace qui vous est alloué, de quelle bande passante disposez-vous? Quel est le coût pour un espace plus important et une augmentation de bande passante dans le cas d'une montée en puissance du site ? Les serveurs sont-il en France ? Quel est l'hébergeur ?

  Nom de domaine : est-il compris dans le prix, son transfert est-il gratuit, si non, à quel prix ? Quel est le tarif si je demande une extension supplémentaire européenne ou internationale ?

  Nombre de pages, de rubriques : est-il limité, si oui à combien ?

  Catalogue : cette fonction est indispensable pour un site de e-commerce. Les images se redimensionnent elles automatiquement ?

  Gestion des stocks : il est très utile de pouvoir gérer en temps réel ses stocks en fonction des ventes.

  Suivi des ventes et de leur expédition : l'internaute et vous-même pouvez-vous suivre le cheminement du produit vendu ?

  Référencement : de quel type est la prestation, est-elle comprise ou pas ?

  Optimisation des pages pour le référencement : peut-on rajouter des mots-clés pour chaque page, chaque produit ? Les URL des pages reprennent-elles le nom de votre produit (c'est ce que l'on appelle des URL claires) ?

  Lettre de diffusion : un système vous permet-il de recueillir des adresses d'internautes intéressés par vos produits, afin de pouvoir régulièrement leur adresser une lettre d'information ou des promotions, s'ils ont donné leur accord ?

  Gestion d'actualité : sur la page d'accueil, pouvez-vous facilement mettre en avant des actualités, pour annoncer une promotion, une présence sur un salon, un nouveau client prestigieux ?

  Moyens de paiement : quels sont-ils, quel est le montant prélevé par la banque dans le cadre du contrat de vente à distance ?

  Mise à jour du site : demander à accéder à une démo en ligne pour voir si le produit est simple ou compliqué à mettre à jour.

  Statistiques : le minimum est de pouvoir suivre au jour le jour le trafic des pages vues, des visites, des visiteurs distincts, des ventes non abouties, des ventes abouties, du CA réalisé (pour un site de e-commerce).

  Sondage : avez-vous la possibilité de faire des mini sondages ? De réaliser un suivi qualité des clients ?

  Mobilité : le site est-il "portable" sur un téléphone mobile ? Si oui pour quel type de système d'exploitation (Apple, Windows, Androïd.. ) ? Vous pouvez vérifier sur un smartphone le résultat d'un site client de la plate-forme. Regardez ce que donnent des sites réalisés par ce produit ou ce prestataire sur une tablette numérique.

  Multilingue : vous avez une activité internationale, comment cela est-il géré ?

  Blog/Actualités : avez-vous la possibilité d'alimenter un blog ou une rubrique d'actualités ?

  Réseaux sociaux : les pages de présentation de vos produits et services doivent pouvoir être partagées sur les réseaux sociaux. Vous devez pouvoir faire un lien vers vos propres pages sur les réseaux sociaux.

  Quel est le délai à respecter pour dénoncer le contrat ?

 

 

  Avoir recours à un prestataire

Le prestataire effectuera les développements spécifiques que vous lui commanderez. Cette solution est "sur mesure". Les tarifs sont forcément plus élevés.
Un "back office" est absolument nécessaire pour pouvoir actualiser son site soi-même, demandez à accéder à une version de démonstration avant de vous engager. Ce prestataire, le plus souvent, mettra en place une solution open source et la personnalisera à vos besoins. Demandez-lui quel CMS il utilise afin de ne pas choisir sans le savoir,  une solution propriétaire que seul lui et ses équipes pourront maintenir. Vous ne serez pas ainsi, poings et mains liés avec ce prestataire. Vous pourrez le mettre en concurrence le moment venu avec un autre spécialiste de Drupal par exemple.

Le coût des développements fait l'objet d'un devis préalable sur la base du cahier des charges.
Les développements sont habituellement réglés pour une part au début des travaux et pour l'autre part à la livraison du site. Vérifiez que le délai de garantie est significatif : trois ou six mois par exemple. Passé ce délai, toute intervention sur ce qui ne fonctionne pas comme prévu, vous sera facturée par le prestataire.
Il convient de prendre tout son temps pour "recetter" les développements (vérifiez que tout fonctionne bien) et de prévoir un budget de maintenance, d'amélioration, de correction des bugs qui ne seraient plus sous garantie.

Il semble stratégiquement plus judicieux de ne pas héberger son site chez le prestataire qui le développe. En effet le métier d'hébergeur est bien spécifique.
Ainsi, un éventuel désaccord avec l'entreprise qui a effectué les développements ne remettra pas en cause l'hébergement. Les délais de transfert d'un nom de domaine peuvent bloquer votre activité pendant quelques jours en cas de mauvaise volonté. Si par ailleurs l'hébergeur ne donne pas satisfaction, il sera possible d'en changer sans risque sur la pérennité des développements effectués.

En savoir plus