Développement

Relations avec la banque

Instaurer un climat de confiance et entretenir de bonnes relations avec son banquier facilite le bon développement de l'entreprise. Lorsque le contact est régulier, que les informations passent bien entre l'entreprise et la banque, les risques sont considérablement réduits.

grosse_puce.gif Faciliter les relations dématérialisées avec le secteur bancaire

Un nouveau site mis en place par la Fédération française des banques, aveclespme.fr, explique et explore la relation de partenariat du chef d'entreprise avec sa banque. Il est enrichi en permanence d'actualités, de reportages, d'initiatives locales et de conseils.

Il propose des réponses aux questions de tous les jours qui se posent : que dire à son banquier ? à quel moment et à quelle fréquence ? comment présenter ses projets, sous quelle forme, avec quels documents ? quels sont les avantages et inconvénients des différents financements possibles ? etc.

 Entretenir la confiance

La confiance est fragile et peut vite se détériorer si le chef d'entreprise masque des éléments à son banquier.
Il faut donc :
 avoir une attitude professionnelle de bon gestionnaire,
 et surtout ne jamais mettre le banquier devant le fait accompli.

Cette confiance se tisse dans les deux sens il est donc opportun de :
 tester de temps à autre le banquier pour connaître sa promptitude à réagir et à mettre en place les solutions adéquates,
 pouvoir changer rapidement d'interlocuteur en cas d'insatisfaction.

 Négocier les conditions bancaires

Les conditions bancaires évoluent  dans le temps. Les commissions et les frais prélevés sont révisés annuellement par les banques.
Il faut donc :

 se renseigner régulièrement sur les conditions appliquées par les banques concurrentes,
 surveiller l'évolution des conditions appliquées par sa banque,
 apprécier le moment où l'entreprise sera en mesure d'entamer une négociation.

 Régler un litige avec la banque

Dans la vie de l'entreprise, un litige peut survenir avec sa banque. Il existe des procédures à l'amiable permettant de le régler avant de saisir la justice.

Avant d'entamer toute action, le chef d'entreprise doit expliquer à son banquier la nature de sa contestation. Dans l'hypothèse où celui-ci ne disposerait d'aucun moyen d'action, il convient de rencontrer le directeur de l'agence afin de lui exposer également le problème rencontré. Si la banque a commis une erreur, celui-ci aura la compétence pour la réparer.

Dans le cas contraire, si le litige persiste, le chef d'entreprise doit adresser un courrier au service "qualité" de la banque pour y exposer son problème.

Si l'intervention auprès du service qualité s'avère infructueuse, il est alors temps de saisir le médiateur de la banque et de lui adresser l'ensemble du dossier. Celui-ci constitue l'ultime recours à l'amiable possible pour obtenir gain de cause.

Il est ensuite possible de faire appel à la Médiation du crédit de la Fédération bancaire française  (FBF).

Il est inutile d'intenter une action en justice avant d'avoir épuisé toutes les voies de recours amiable. En règle générale, la procédure en justice n'est pas nécessaire d'autant plus que cette solution s'avère longue et couteuse.

bon_a_savoir.gif Pour aider les chefs de TPE/PME à mieux présenter leur demande de prêt bancaire, la Médiation du crédit a réalisé un guide pour constituer un bon dossier.
Suivre cette démarche avec sérieux et professionnalisme est un moyen d'augmenter les chances d'aboutir à une réponse favorable de la banque. Télécharger ce guide

En savoir plus