Les mesures de la Région Sud pour la formation, l'apprentissage, l'emploi et l'adaptation des compétences de demain

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur se situe en tête des régions en nombre de créations d’entreprise pour 1 000 habitants. Elle connaît une dynamique de croissance des établissements privés plus favorable que la moyenne nationale. Cette croissance résulte notamment de l’attractivité et de la dynamique économique du territoire régional, notamment au niveau de ses métropoles.

Cette dynamique s’explique également par une structure sectorielle marquée par une industrie au poids limité mais qui jouit d’un positionnement favorable, notamment dans le secteur des énergies, de la construction aéronautique ou des composants électriques. Avec une place prépondérante dans l’économie régionale (15% des actifs), le secteur de la santé et de l’action sociale connait également une progression de l’emploi en réponse aux besoins de santé et d’accompagnement des personnes âgées (l’emploi salarié progresse de +2.5% dans les activités de la santé humaine entre fin 2019 et fin 2020). Les fortes créations d’emplois dans les secteurs de l’hébergement-restauration et de l’information-communication génèrent à elles seules les deux tiers des emplois supplémentaires de la région en 2019.

Le nombre de ces créations d’entreprise explique que la région présente un nombre d’emplois inférieur à la moyenne de la France métropolitaine : 3,7 en 2017 quand la moyenne française s’établit à 5,3. La région se situe au 3ème niveau plus élevé de chômage en 2020 où près d’un jeune sur cinq n’est ni en emploi ni en études et le taux de pauvreté, qui s’établit à 17,3%, apparaît nettement supérieur au taux national.

Cette situation régionale s’inscrit dans un contexte plus global de transformation des métiers, sous l’effet des mutations, écologique, énergétique et numérique, et de tendances qui frappent tous les pans de l’économie : nouvelles attentes des générations Y et Z, modification du rapport au travail et des pratiques professionnelles exacerbées sous l’effet, notamment, de la crise due au Covid.

Partout en France, dans la majorité des secteurs, branches professionnelles et territoires, l’appariement entre offre et demande d’emplois ne se produit pas : les entreprises rencontrent des difficultés à recruter alors même que le niveau de chômage reste relativement élevé. Ces difficultés résonnent d’autant plus sur le territoire régional, compte tenu des taux d’emploi et d’activité plus bas et des taux de chômage et de pauvreté plus élevés que les moyennes nationales.

Dans ce contexte, la Région fait face à deux défis majeurs pour augmenter son taux d’emploi :

Adapter les compétences aux transitions et aux besoins des entreprises

Faciliter l’accès à l’emploi, à la mobilité et aux transitions professionnelles